Hier soir, je n'ai pas perdu mon temps en allant voir la dernière adaptation cinématographique de l’œuvre de Thomas Hardy réalisée par Thomas Vinterberg avec Carrey Mulligan, Matthias Schoenaerts, Michael Sheen et Tom Sturridge: "Far from the madding crowd".

SPOILER RESUME DETAILLE

"Far from the madding crowd", en français "Loin de la foule déchaînée", est l'histoire d'une jeune femme au nom improbable qui n'a ni parents, ni fortune, mais qui a un cheval, une veste en cuir rouge et un don pour faire succomber tous ses voisins et les rendre fous.

Si bien que le premier, un berger douteux répondant au doux nom de Monsieur Chêne vient la voir un soir pour lui déclarer son amour de la façon suivante: il lui offre un bébé mouton... (Jusque-là tout va bien) ... en lui précisant la chose suivante "il est né trop tôt, il ne va pas passer la nuit ". PAUSE. "Il est né trop tôt, il ne va pas passer la nuit"? Vraiment? Bon, ce n'est donc pas étonnant qu'il se fasse éconduire. Mais le monsieur a des arguments: il a pleins de moutons, un peu de terre et deux Georges. PAUSE. Nous savons dès le départ que Georges le jeune (chien de berger) a quelques difficultés de compréhension qui l'amène à se lever quand on lui dit de se coucher et à poursuivre les moutons quand on lui dit de rester tranquille. Le vieux Georges, lui, est bien entraîné et extrêmement compétent. Pourquoi donc Monsieur Chêne va-t-il choisir de confier la garde de ses moutons pendant la nuit au jeune Georges et de laisser le vieux Georges s'endormir avec lui bien au chaud?! Le destin me direz-vous... Et vous aurez sûrement raison. Parce que bien entendu dans la nuit, le jeune Georges décide de chasser les moutons et de les emmener vers la falaise où ils vont tous s'envoyer en l'air joyeusement et s'étaler moins joyeusement sur la plage. Monsieur Chêne arrive trop tard. Evil Georges a l'air très satisfait de sa performance. Monsieur Chêne dégaine son fusil. Evil Georges est beaucoup moins satisfait de sa performance. PAUSE. Etait-ce vraiment utile? Tous les jeunes ne commettent-ils pas des erreurs? Doit-on blâmer les jeunes pour leur mauvaise éducation? (vraies questions)
Quoi qu'il en soit Monsieur Chêne se retrouve sans le sou et doit partir vers la ville pour se trouver une nouvelle vie en laissant Georges le vieux à de parfaits inconnus.


Pendant ce temps, un mystérieux grand-oncle a légué sa ferme et toute sa fortune à Bathsheba et comme quand on a la guigne, ça ne s'arrête pas comme ça, sa ferme est en feu.

Passons rapidement sur les retrouvailles avec Monsieur Chêne qu'elle n'a pas peur d'engager comme berger (CV de Monsieur Chêne: Abandon de bébé mouton; Inaptitude au jugement concernant les chiens de berger; Suicide de tous mes moutons). Alors forcément quand les nouveaux moutons de Monsieur Chêne décident de se suicider en mangeant du trèfle, plus d'étonnement, l'homme avait des antécédents judiciaires. Malgré tout, il les sauve en leur trouant la panse et revient comme si de rien était leur faire prendre un petit bain. (Question simple: le mouton est-il en mesure de nager? Je dis ça... Preuve a été faite qu'ils ne pouvaient pas voler... Je dis ça...).

Et pendant ce temps, Bathsheba qui est une petite farceuse, balance un vieux livre au milieu de sa bibliothèque pour décider si oui ou non, elle fera une petite blague de saint valentin à son nouveau voisin, Monsieur Grasdubois. C'est un oui!
Elle lui offre une carte. Aucun second degré ce monsieur... De suite, c'est l'amour fou, les bijoux, les fleurs, les robes, les draps brodés à son nom... ll vient la voir pour lui déclarer son amour de la façon suivante: il lui offre une balade au clair de lune et un petit thé... (Jusque-là tout va bien) ... En lui précisant la chose suivante "vous n'aurez rien à faire mais vous aurez un joli piano." PAUSE. "Vous n'aurez rien à faire mais vous aurez un joli piano." Vraiment? Mais c'est quoi cette obsession pour les pianos? Même la production a choisi les violons pour ambiancer les champs... Et puis pas de chance Grasdubois, elle a déjà un piano. Bon, ce n'est donc pas étonnant qu'il se fasse éconduire.

Arrive ensuite Monsieur Troie, le troisième du nom, le troisième choix, le Saint Esprit, le jeune, le beau, le militaire, Monsieur Troie. Avec un nom pareil on se dit qu'on a toutes les chances de voir sortir un grec en petite tenue mais que nenni, Monsieur Troie est un post-pubère moustachu qui ne se bat qu'avec les oies et la pilosité. Mais Diantre, même Patricia Kass s'est laissée méprendre, il lui dit qu'elle est belle et Bachépa se décide enfin, c'est le non-grec-moustachu qu'elle veut prendre. PAUSE. Tous les autres lui offrent la lune et les moutons, elle dit "non je suis une femme indépendante", le moustachu lui dit "Tu es belle", elle répond "Super on se marie quand?" Vraiment? L'indépendance de la femme s'arrête-t-elle à un compliment et une moustache? (vraie question).
En deux temps trois mouvements, les voilà mariés mais les choses ne pouvaient pas être si simples... Monsieur Troie est un maniaco-dépressif alcoolique qui aime une souillon un peu niaise qui devait l'épouser mais a réussi à se tromper d'église le jour de son mariage et a donc fini enceinte à la rue... Du coup, rapidement: elle dort dehors, elle meurt, Bathsheba se retrouve avec les dépouilles à la maison, le bébé est noir. PAUSE. Le bébé est noir. Moi je serai Monsieur Troie, j'aurai vraiment des doutes sur la paternité, mais lui non, il est fou de rage, il aime pas sa femme, il part nager très loin. (Syllogisme simple: Tous les moutons sont suicidaires et ont un contact douteux avec l'eau. Monsieur Troie veut se suicider en partant nager. Monsieur Troie est-il un mouton?)

Donc on annonce la mort de Monsieur Troie (c'était donc bien un mouton) et Bathsheba est criblée de dettes. Elle doit donc épouser le fidèle Monsieur Grasdubois qui s'est déjà fait tellement de films qu'il a déjà commandé des cadeaux pour fêter Noël pendant dix ans. Mais c'est sans compter sur le fait qu'en vérité, gros retournement de situation, Monsieur Troie n'est pas mort (ce n'était donc pas un mouton) et qu'il revient pour piller les caisses de la petite ferme. Alors forcément, Monsieur Grasdubois s'énerve. Monsieur Grasdubois dégaine le fusil. Pas de bataille épique. Monsieur Troie est bien mort. Bathsheba devra recycler la garde-robe noire six mois de plus. Et là Monsieur Chêne la rassure avec ces mots: "Pas d'inquiétude. Monsieur Grasdubois ne subira pas la peine de mort, c'était un crime passionnel. Il restera juste en prison toute sa vie." PAUSE. Est-ce que c'est moi ou est-ce que Monsieur Chêne n'aurait pas une grosse tendance à la maladresse?

Mais les choses sont ce qu'elles sont. Troie est mort. Grasdubois est en prison. Il ne reste plus qu'un survivant sur l'île: Monsieur Chêne. Mais il se rend compte que quand même, depuis qu'il connaît Bathsheba, il a: abandonné un bébé mouton attardé, essuyé un gros refus, vu ses moutons se suicider, tué Georges le jeune, abandonné Georges le vieux, failli prendre la foudre, été viré deux fois, vu d'autres moutons tenter le suicide, mutilé lesdits moutons, pas été invité à chanter de chansons paillardes le soir des noces... C'est un peu trop. Il s'en va. Mais Bathsheba avait gardé son arme secrète: la veste en cuir rouge. Elle monte sur son cheval, insiste pendant cinq minutes pour qu'il la redemande en mariage... (Jusque-là tout va bien) ... en lui précisant qu'elle dira peut-être non. PAUSE. En lui précisant qu'elle dira peut-être non... Non cette femme n'est pas compliquée, elle est indépendante!!!!
Et finalement après une heure cinquante-neuf d'un suspense épuisant, ils s'embrassent au lever du soleil, en avant les violons! Et ils repartent en manquant laisser le cheval...

CRITIQUE

Ce film est un chef d’œuvre du genre.

Tout d'abord, parce qu'il reprend tous les codes de l'histoire d'amour impossible dans l'Angleterre victorienne qui ont été si souvent abordés dans les récits de Jane Austen: différence de statut, difficulté pour les femmes de s'affirmer dans le monde masculin, problématique du choix, idée d'un happy end idyllique.

Ensuite, parce qu'au-delà des codes littéraires et historiques, il y a les codes cinématographiques. Tout y est: les champs à perte de vue et les paysages verdoyants, les apparitions du soleil entre deux êtres et les gros orages menaçants, la partie dansée, la partie chantée (magnifique chanson et parfaite association des voix de Carrey Mulligan et Michael Sheen), les moments sombres, le thème musical au violon.

Et au-delà de tout ça, il y a un jeu d'acteur très juste (quelques bémols pour le personnages de Monsieur Troy que j'ai trouvé un peu décevant par moment et pas assez traité scénaristiquement), une histoire complexe menée par l'intrigue en peu de temps, un retournement de situation exceptionnellement bien fait qui m'a fait hurlé des "what" pendant bien vingt secondes, et une histoire resserrée autour des personnages principaux qui n'a pas empêché d'introduire des seconds rôles talentueux.

Bien sûr, je suis un public facile, j'aime énormément tout ce qui touche à l'Angleterre victorienne. Mais avec ce film, j'ai découvert une autre facette de cette période et surtout, surtout, je ne me suis pas ennuyée un seul instant.

Si vous aimez les dilemmes et que vous avez une grande aversion pour les moutons, ALLEZ VOIR "Far from the madding crowd".

 

Far from the madding crowd ou Bachépa et les moutons suicidaires
Retour à l'accueil