Les personnages principaux de Reign, image du web

Les personnages principaux de Reign, image du web

Tout le week-end, je n'ai pas trop perdu mon temps en regardant les deux saisons de la série américaine Reign crée par Laurie Mc Carthy et diffusée depuis 2013 sur CW.

RESUME QUI NE SPOILE PAS TROP

Reign, c'est avant tout l'histoire d'une reine: Marie Stuart, reine d'Ecosse, élevée en France et destinée à épouser François II dauphin de la couronne française. La première saison commence avec sa sortie du couvent et son arrivée à la cour d'Henri II à Amboise pour servir les intérêts politiques du souverain qui compte sur la mort prochaine d'Elisabeth d'Angleterre dont la succession se joue entre Elisabeth et Marie Stuart... Le but est d'offrir au futur François II un empire comprenant France- Angleterre- Ecosse et Irlande.

SUSPENSE!

Jusque-là tout va bien, mais il faut bien alimenter le récit... C'est parti!

Marie Stuart campée par Adélaïde Kane est un personnage réussi. La jeune actrice a une prestance époustouflante et une impassibilité parfois que l'on imagine parfaitement sur les traits de feu la souveraine d'Ecosse. Et forcément, puisqu'elle est magnifique, tout le monde tombe sous le charme. En deux saisons, nous avons des exactitudes historiques et de très grosses inventions. Pour faire court, elle doit épouser François (dit Francis dans la version américaine, c'est troublant) mais Henri II s'y oppose tant qu'elle n'a pas réclamé le trône d'Angleterre, sauf que Nostradamus (qu'est-ce qu'il fait là lui?) a prédit que François mourrait si l'union avait lieu. Alors elle veut faire changer l'ordre de succession et épouser Sébastien (dit Bash), le bâtard du roi et de Diane de Poitiers qui est en fait une païenne... Sauf que le putsch rate et que la prophétie est finalement annulée alors elle peut se marier avec François, mais une raison terrible fait qu'elle ne l'aime plus, alors elle se tourne vers le prince Condé qui devient son amant mais qui va se faire enfermer pour avoir voulu prendre le trône de France après avoir été finalement rejeté par Marie. FIOUF!

Croyez-moi, je ne vous ai presque rien spoilé!

On savait que les histoires de la monarchie étaient compliquées mais là, c'est labyrinthique! Lu comme ça, ça peut même paraître très nian nian. Mais en fait, c'est une belle surprise.

CRITIQUE

Et bien très franchement, je me suis laissée prendre au jeu après seulement deux épisodes.

Alors oui, ils sont beaux, elles sont belles, et quand il y a des pauvres, on leur colle la peste ou des marques de naissances pour les défigurer et faire la différence... Et puis, il y a ce problème de taille du château d'Amboise qui ne ressemble pas à Amboise pour la simple et mauvaise raison qu'ils ont tourné en Irlande (va-t'en savoir pourquoi?)

Mais au-delà de tout ça, il n'y a pas un seul épisode où on s'ennuie. Le côté nian nian des histoires d'amour est vraiment bien pallié par les histoires de la cour et surtout les problèmes politiques. Chaque épisode voit naître une intrigue et au moment où l'intrigue va être résolue, hop, une nouvelle apparaît encore plus terrible que l'autre. Bref, on est tenu par le suspense et par l'histoire, si bien qu'on enchaîne les épisodes sans pouvoir s'arrêter.

Et puis les personnages sont tellement attachant! Marie Stuart, juste parfaite avec ce regard de braise et cette autorité innée; Catherine de Médicis, la mère qui ferait tout pour ses enfants, maîtresse des poisons et cynique au possible; Henri II le coureur de jupon qui devient fou et cruel...

Il y a énormément de choses romancées mais quand on connaît un peu l'histoire de cette famille, de cette époque, on se dit que les scénaristes n'ont rien laissé de côté et qu'ils se sont emparés des sujets pour en donner leur interprétation. Et pour un peu, on y croirait parce que le côté fantastique qui pourrait apparaître est tout à coup justifié par une cause réelle et on se retrouve soudain dans la peau de tous ces superstitieux qui avaient envie de croire au monstre et qui auraient brûlés des sorcières!

C'est new age, complètement! Dans la mise en scène, les costumes et surtout, la musique.

Au premier épisode, avec la musique rock dans une série qui se voulait historique, je me suis dit: "Ouh, ça va pas passer! Donnez-moi une corde!", mais c'est quand j'ai passé le premier bal avec une musique au violon presque d'époque puisqu'il s'agissait de Sia, Chandelier revisitée mode Henri II... Là, j'ai dit "ils sont doués les coquins!".

Bref, je suis tombée sous le charme de la série.

Mon épisode favori: saison 1 épisode 14 /!\ SPOILER!!

L'épisode le plus hilarant où Henri II fait passer la duchesse de Bohème par-dessus le balcon en pleine interaction sexuelle et fait appel à sa femme pour monter une excuse pour son mari et éviter la guerre. C'est un bijou! Megan Follows est au sommet de son art et joue tellement bien la Médicis qu'on y croit à tout moment.

FIN DU SPOILER Vous l'aurez compris, je conseille de regarder cette série. Il y a des petites maladresses mais l'ensemble est tout à fait agréable et envoûtant. Le public visé est certainement plus féminin mais je dirai qu'il y en a pour tous les goûts.

 

Retour à l'accueil